• Les lignes à l'horizon

    Les lignes à l'horizon s'inclinent

    vers l'ultime convergence

    d'un océan sans mots

     

    dans l'attente

    un point de suspension

    réclame l'émergence d'une vie

    rompue en miettes rances

     

    je fréquente

    une taverne folle

    où l'alcool et le jeu

    des corps épileptiques

    s'ouvrent à la lune

    pâle

    indifférente

     

    j'attends

    un train vers l'enfer

    d'un ennui déclinant

    vers les horloges déréglées

    d'un jour sans flamme

     

    et mon errance intime

    sur la barge au bord d'une île

    recherche le corail

    éblouissant l'écume

     

    l'incertitude a les mâchoires brisées

    d'un vol d'oiseaux sur la banquise.


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Avril 2015 à 20:09

    Un poème comme une recherche d'absolu !

    2
    Mardi 7 Avril 2015 à 07:37

    merci Stef, sans doute dans l'après coup, pourrais-je lire cela... L'intention d'un poème, dans l'écriture, ne m'est pas toujours très claire...

     

    Amicalement

    3
    Mardi 7 Avril 2015 à 22:04

    Je rejoins le point de vue de Stef

    Et aussi la crainte de la monotonie/routine

    L'oscillation incertaine de se jeter ds les flammes :)

    4
    Mercredi 8 Avril 2015 à 07:35

    oui, c'est exactement cela, la crainte de l'ennui dans la routine.....

    peut-^etre que le poète est déjà dans les flammes, sourire....

    merci de ta lecture Reve !!

    5
    alain
    Samedi 2 Mai 2015 à 21:53
    La ou le sont dans les braises, dès le début, parfois sans le savoir pour s'apercevoir du glacé des flammes, plus tard...seul me dérange les mâchoires brisées !?
    6
    Lundi 4 Mai 2015 à 13:02

    dans l'incertitude, pas de mâchoires qui tranchent.... je tiens à cette image... Merci de ta lecture Alain.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :