• Les iris jaunes

     

    Jour après jour,

    les iris jaunes,

    boivent mon silence,

    attentif,

    sur le banc du square.

     

    Les angles de l'oubli

    glissent sur l'absence

    dans les charnières du temps.

     

    La porte clôt

    une impasse

    en forme de pieuvre.

     

    Alors je regarde l'air :

    sur une nappe de ciel

    le couvert est dressé.

     

    Il ne reste

    que le nectar doré

    d'un présent de sable.


  • Commentaires

    1
    alain
    Samedi 2 Mai 2015 à 21:37
    Il y a les iris des marais, il semble, patients comme l'attentive et puis, toujours, revenants, les affres du temps mêlés à une forme de joie tout en disant que tout est décidé... beau, j'aime,écrit parfaitement ...
    2
    Lundi 4 Mai 2015 à 13:00

    merci... ces iris absorbent pour moi  la contemplation....

    3
    Dimanche 28 Juin 2015 à 08:51

    Très bon. Plein de très belles images.

     

    Et quand la nappe de ciel , parsemée d'iris jaunes , aura aspiré mon silence,

    il me restera à siroter le nectar de l'oubli, patiemment, 

    en dépliant les angles de sable.

    4
    Lundi 29 Juin 2015 à 18:30

    merci de ce beau commentaire poétique !

    5
    Mardi 14 Juillet 2015 à 10:09

    très agréable lecture... un de tes meilleurs poèmes, pour moi en tout cas

    6
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 20:37

    merci Little et au plaisir de te lire, sourire !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :