• Nuit Debout

     

    sur les échasses de l'espoir

     

    lueur souterraine

     

    rose solaire d'aurore

     

    autour des braseros

     

    des bidonvilles et des squats

     

    aux senteurs d'herbe et de ville

     

    s'invagine

     

    une autre réalité

     

     

     

    Nuit Debout

     

    Ils ne ploieront pas

     

    les roseaux de l'aube

     

    assis paisiblement

     

    à tisser demain

     

    devant la rouille

     

    des serrures de chasteté

     

     

     

    Nuit debout

     

    où se brodent les fils

     

    d'un mandala d'âmes

     

    ondoyant sous les tirs

     

    soldats

     

    Harpagons

     

     

     

    Nuit debout

     

    marteler les chaînes

     

    travail brisant les êtres

     

    nous, feuilles sauvages et libres…

     

     

     


    votre commentaire
  • T'es là mon ami ?

    Sur les chemins du tramway

    je t'attends

    dans l'espace reclus

    de nos confidences

    au-delà des ronces

    et des aubépines

     

    j'attends ta parole

    sortie des ornières du temps

    perle pure

    liqueur distillée

    des instants camomille

     

    je t'attends

    dans l'espace jasmin

    des ritournelles enfantées

    dans la clairière intime

    de nos souvenirs

    grisés de bulles

     

    T'es là mon ami ?

    Alors prenons le chemin du tramway

    dans les courbes urbaines

     

    et buvons l'amitié.


    2 commentaires
  • Assise sur un banc

    je contemple le ciel

    et ses oiseaux qui tournoient

    dans un ballet incessant.

    Ils me disent la simplicité

    d'un nœud de conscience

    à trancher à la serpe

    lorsque la pensée

    boucle sur elle-même.


    votre commentaire
  • les frissons de la nuit

    sont devenus basalte

    à la fraîcheur du matin

    maintenant

    le drap torsadé

    découvre légèrement

    la griserie de l'instant concave

    d'un épiderme apaisé

    tu y penses sur le banc

    près du quai vide

    où le premier train

    n'a pas encore accosté

    la marée de tes rêves.


    2 commentaires
  • Les chevaux dansent

     

    une valse intime

     

    sur l'horizon

     

    et leurs naseaux

     

    insufflent le vent

     

    sur le voile incertain

     

    de nos corps chavirant

     

    dans la brume chaude

     

    sous leurs sabots

     

    un mirage de sable

     

    vient troubler la torpeur

     

    du désert.

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique