• L'ennui récursif

    D'après Skin, « à Corps et à qui ? »

    http://www.mc2grenoble.fr/Mc2-spectacle/Danse/Skin-a-corps-et-a-qui-/p7c4sc583.html

    Sous l'éclat de la Lune, à la frange des ombres, le gris des solitudes sur les pavés de l'existence.

    Des pluies de ciels tamisés en crescendo éclairent des plis d'ombres enroulées.

    Une discrète cérémonie du silence en boucle lutte pour le surgissement de l'intime : l'infinie délicatesse d'un bourgeon de notes trouant l'espace de la mélancolie.

    Les larmes du temps annoncent leurs semences.

    Explosion, éclosion : tout à coup, naissance d'une insurrection verticale, passerelle passeuse d'espoirs.

    La métamorphose de l'argile d'une résistance poético-utopiste instille les caresses veloutées d'un corps en nage.

    Avec désinvolture, tu lacères l'espace de ta cage dont les verrous explosent au firmament.

    C'est alors que pleure un soleil carmin sur le parquet. Tu appelles la vie à transcender le temps.


  • Commentaires

    1
    alain
    Mercredi 4 Mars 2015 à 21:44
    C'est comme pris au vif, mais le titre ?
    2
    Jeudi 5 Mars 2015 à 14:10

    le titre fait référence à la première demi heure du spectacle, où le pianiste s'ennuie manifestement en effectuant toujours les m^emes gestes.....

    Mais ça n'appara^it pas ensuite dans le poème, j'aurais d^u choisir un autre titre....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :