• Confusion

    Les ailes traînées

    dans les cendres de l'hiver

    tu déambules

    vers les flots mazoutés

     

    Ton visage en impasse

    charrie les limons

    d'un printemps en épingle

     

    Les bruines de ton esprit

    convergent au caniveau

    d'un néant boréal

     

    une frange légère

    caresse le vent

    de l'amoureux

    qui te laisse t'envoler

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Avril 2015 à 22:00

    De très belles images

     J'aime beaucoup

    2
    alain
    Samedi 2 Mai 2015 à 21:58
    La poétesse dit de quelqu'un ce que le liseur aimerait savoir...
    3
    Lundi 4 Mai 2015 à 13:00

    merci de vos commentaires à tous les deux sur ce portrait;

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :