• Anne Blesel par A.C.

    AC : peux-tu nous dire un peu qui tu es ?

    En quelques mots, Anne, 37 ans, heureuse maman de 4 enfants, professeur des écoles sur Vizille. Parisienne d'origine, je suis arrivée sur Grenoble il y a 14 ans. Très sportive , je suis vite tombée amoureuse de cette région qui offre la possibilité de pratiquer des activités physiques dans des cadres splendides.

     

    AC : sur quelle planète vis-tu ?

    Parfois je me le demande... Celle où on se sent libre ! Et c'est ce que je ressents lorsque j'arrive en haut d'une montagne ou d'une falaise.

     

    AC : Quelle est ta principale passion ?

    J'aime énormément la montagne, j'étais une passionnée de ski. Je découvre depuis 6 ans les plaisirs de l'escalade. Aujourd'hui c'est devenu une passion dans laquelle je m'investis à fond.

     

    AC : peux-tu parler des origines de cette passion ?

    J'ai découvert l'escalade un peu par hasard. Lorsque j'étais à l'IUFM, il y avait une activité escalade qui était proposée dans la cadre de l'AS. Je me suis inscrite, j'avais mon entraînement de volley ball plus tard dans la soirée, ça m'évitait d'attendre à l'IUFM.

    J'ai accroché dès la première séance. Et je n'ai pas décroché depuis.

     

    AC : alors, artificiel ou rocher naturel ?

    J'aime les deux. Pendant longtemps j'ai trouvé peu de ressemblances entre les deux pratiques, ça me semblait être 2 sports différents. La salle, c'est plus athlétique, plus gymnique je dirais même (je suis une ancienne gymnaste), la prise de risque est sans conséquence grave. En falaise, il y a une incertitude sur le choix des prises, sur le « trajet » à suivre. C'est un vrai travail d'observation, de recherche. Par contre, j'appréhende la chute dans certaines configurations du rocher. Il m'a fallu du temps pour réussir à transposer ce que je savais faire techniquement en salle au rocher. Depuis que j'ai franchi ce cap, je me fais réellement plaisir en falaise. Le contact du rocher, le grand air, ce sentiment d'être seul au monde quand on arrive en haut de la voie et la fierté d'avoir sorti cette voie, c'est merveilleux !

     

    AC : penses-tu à l'escalade entre les séances ? Si oui, de quelle façon ?

    Oui j'y songe beaucoup. Tout simplement parce que j'encadre la section escalade dans mon club de montagne, le Grenoble Amitié Nature. Par conséquent, j'ai toujours des projets en tête : projets de sortie en falaise, en salle (proposition de séance supplémentaire), de grande voie, de via ferrata.

     

    AC : Que t'apporte la grimpe comme sensations ?

    Comme je le mentionnais précédemment, la grimpe me donne la sensation d'être libre : je maîtrise mon corps, je maîtrise mes émotions, par conséquent je peux faire tout ce que je veux (c'est l'explication que j'y trouve). La réalisation de certains mouvements est particulièrement agréable, j'ai parfois l'impression de danser sur la paroi.

    A cela s'ajoute, la fierté d'avoir réussi une voie jugée difficile, le plaisir de pratiquer cette activité avec des personnes de confiance (l'escalade crée des liens très forts entre les grimpeurs), le bonheur d'être en montagne quand on grimpe en falaise.

     

    AC : as-tu d'autres passions ? Peux-tu dire ce qu'elles t'apportent aussi ?

    Je suis également une passionnée de ski, et notamment de Télémark. J'y retrouve ce sentiment de liberté, ce plaisir de « danser » sur les skis.

     

    AC : Quel lien ferais-tu entre ton sport et l'art ?

    Il y a une dimension artistique dans l'escalade qui est indéniable. Il y a des grimpeurs que l'on prend plaisir à regarder grimper car leurs mouvements sont fluides, on a l'impression qu'ils ne forcent pas, le déplacement semble presque naturel. Ce qui est appréciable, c'est que lorsqu'on atteint, dans un niveau donné, le relâchement nécessaire pour donner cette impression de fluidité, le grimpeur ressent également un bien être profond dans l'enchaînement de ses mouvements.

     

    AC : Maintenant, quels sont tes projets ? As-tu envie de vivre de ta passion… raconte un peu….

    J'ai des projets effectivement. Pour l'instant, je vais simplement passer le brevet d'initiateur SAE (Structure Artificielle d'Escalade). Par la suite, j'aimerais passer le DEJEPS Escalade afin de dispenser des cours d'escalade en complément de mon métier d'enseignant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :